L’interview du mois

Interview exclusive : Catherine, couturière pour Trench and Coat

 

Aujourd’hui nous avons décidé de vous faire découvrir un de nos corps de métier, celui de couturière avec Catherine, qui travaille chez nous depuis 1976, soit 39 ans de métier !

atelier couture

Parle nous de ton parcours, comment as-tu commencé ?
Tout a commencé en 1976, je cherchais du travail et j’étais intéressée par les métiers en rapport avec la création. J’ai donc suivi un stage de formation de quelques mois avec la « SIFOP » pour apprendre à « piquer », puis j’ai intégré la maison Lener Cordier. Pendant mes 6 premiers mois j’ai été formée par les autres couturières qui m’ont beaucoup aidée ! En ce temps la, chaque couturière avait sa spécialité (découpes, parmentures, épaules, poches, finitions), j’ai donc pu passer beaucoup de temps avec chacune d’entre elles afin de me perfectionner. Aujourd’hui le fonctionnement est différent, chaque couturière conçoit le produit de A à Z !

Quelles sont tes fonctions au sein de l’entreprise ?
Je conçois les prototypes ! Malika ma responsable m’apporte chaque jour des boites avec des pièces prédécoupées. Chaque prototype est associé à une fiche avec les différents éléments de la pièce à monter : boutons, fermetures, tissu etc. Avant de commencer tout prototype je consulte bien cette fiche afin de pouvoir commencer à travailler.

Combien de temps te faut-il pour faire un manteau en général ?
Pour faire un manteau long classique je mets entre 1h et 1h30 maintenant. Avec le temps j’ai pris l’habitude et je travaille plus vite ! Au début un manteau long ça me prenait au moins une demi-journée !

Qu’est ce que tu aimes dans ton métier ?
Comme je te l’ai dit tout à l’heure ce qui m’a attiré vers la couture c’est le coté « créa ». Ce que j’aime dans mon métier c’est vraiment ça, le fait de créer quelque chose de A à Z, de démarrer avec presque rien pour arriver à quelque chose d’abouti.

Qu’est ce qui est le plus difficile dans ton métier ?
C’est vrai que le métier de couturière n’est pas perçu comme étant un métier difficile mais comme dans tous les métiers il y a des problèmes ergonomiques qui font qu’aujourd’hui j’ai quelques problème au niveau du dos ou des mains.
Sinon au niveau du travail en lui-même, avec mes années d’expérience plus rien ne paraît vraiment difficile, sauf une chose : le travail de dernière minute ! Parfois on me demande de créer un vêtement en une heure, et je déteste ça. Même si je sais que j’aurais le temps de le faire, j’ai toujours peur d’oublier quelque chose, de ne pas avoir assez de temps pour consulter le dossier etc.

Quelles sont les qualités d’une couturière selon toi ?
Alors je dirais qu’une couturière doit avoir deux qualités : la minutie et la patience, d’ailleurs les deux sont liés !
La minutie car chaque pièce doit être confectionnée avec soin, on doit prendre le temps de bien faire et de travailler chaque détail afin d’essayer d’atteindre la perfection ! Et la patience car bien sûr, pour confectionner un manteau de qualité soigné dans les moindres détails il faut s’armer de beaucoup de patience !

Peux-tu nous décrire les étapes de fabrication d’un manteau ?
Chacun fait comme il veut, mais moi je commence à regarder le dossier dans lequel se trouve la fiche du manteau avec les fournitures et les différentes pièces qui vont être nécessaires à sa confection.
Ensuite au niveau de l’assemblage, je commence toujours pas les petites pièces : les rabats, les pattes, ensuite les poches, puis le col et je termine par les manches ! Il n’y a qu’à la fin pour la doublure où je demande à une autre couturière de m’assister, c’est sa spécialité et elle va très vite !

Quelles sont les réalisations les plus complexes à faire sur une pièce ?
La réalisation la plus difficile sur une pièce… je dirais que c’est les poches ! Qu’elles soient « simples », zippées ou soufflées c’est ce qui demande le plus de minutie et de soin car c’est ce qui ressort le plus dans un manteau !
Sinon au niveau des pièces … Je dirais que les imperméables sont les pièces les plus difficiles à travailler à cause de la matière ! Il faut surpiquer avec du gros fil et bien régler la machine car c’est un tissu délicat, donc la moindre erreur peut être fatale ! C’est vrai que les vêtements qui paraissent les plus simples ne sont pas forcément les plus faciles à réaliser !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *